Le Triomphe de la mort

Publié: mars 2, 2015 dans Divers

HDA : éléments d’analyse pour l’étude de la peinture, Le Triomphe de la mort (Les squelettes jouent une danse) de F. Nussbaum, p119 in le manuel Fleurs d’encre 3ème

 

 

Contexte biographique et historique :

 

Félix Nussbaum est né en 1904 à Osnabrück en Allemagne dans une famille bourgeoise juive. En 1924il s’installe à Berlin et intègre les ateliers de peinture et de sculpture Lewin Funcke . Il est lié au courant artistique de la « nouvelle objectivité ». Après l’incendie de son atelier berlinois et l’arrivée au pouvoir d’Hitler Nussbaum émigre en France, en Suisse en 1933. Puis il s’installe en Belgique qui est envahi par l’Allemagne en 1940. Il est alors arrêté, comme tous les réfugiés juifs, par la police Belge qui l’envoie dans un camp du Sud de la France. Pendant son séjour au camp il dessine des ébauches. Il s’évade, retourne à Bruxelles où il reprend la peinture. Le 20 juin 1944 il a été déporté, avec sa femme, à Auschwitz, où il est mort.

 

Problématique : Comment ce témoignage artistique dénonce le génocide des juifs en Europe ?

 

I Description et analyse de l’œuvre :

 

  • Le lieu : une terre aride avec la carcasse d’un arbre, des ruines de murs et de maisons. C’est un décor de désolation…
  • Les personnages : des squelettes symbolisant la mort, qui jouent de la musique et dansent… Deux squelettes ne jouent pas: le joueur d’orgue de Barbarie et l’ange à la flûte. Le joueur d’orgue, déjà présent dans l’œuvre de Nussbaum, se cache le visage. Juste derrière lui le squelette habillé de noir avec des ailes blanches, l’ange de la mort, fixe le spectateur.
  • Contrairement aux autres, l’artiste est vivant….
    • Les objets :
    • au sol des objets brisés, écrasés symbolisant les arts, les sciences, les jeux, le temps et l’espace c’est-à-dire les repères fondamentaux et les plaisirs de la civilisation européenne et occidentale, anéantis par la barbarie nazie.
    • -au ciel un escadron d’avion représentant peut-être l’arrivée des forces alliées, des cerfs-volants, symboles de liberté et d’espoir…

     

    II Interprétation :

     

    Cette toile dénonce la déshumanisation des prisonniers  qui n’ont plus la volonté d’agir. Des squelettes entraînent les vivants dans une danse macabre…

    Ce n’est pas seulement un homme mais aussi une civilisation qui s’écroule, la civilisation occidentale…

    C’est une œuvre à portée universelle

     

    IV Liens avec d’autres œuvres : Si c’est un homme de Primo Lévi p118

     

     

commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s