Archives de mars, 2014

 Version illustrée cliquez ici, fichier pdf ci dessous

« LES GROSSES NANAS » DE

NIKI DE ST PHALLE.

HDA LES GROSSES NANAS

PROBLEMATIQUE :Comment et pourquoi Niki De St Phalle donne à voir un art signé au féminin dans divers espaces, notamment dans l’espace de la ville ?

nanas[1] blacknana[1] 450px-Niki_de_Saint_Phalle_Gwendolyn_2[1]

Histoire des arts :

Domaine de compétences : Art espace 3ème.

Parcours culturel : Les Femmes.

Artiste : Niki de St Phalle.

Œuvres sur le thème des nanas

Information  concernant les œuvres:

Nature des œuvres : Sculpture.Matériaux : Les premières «  Nanas »ancêtre de «  l’Ange protecteur » sont faites de chiffons, mais aussi de laine, de tissus ou de toile de coton. L’artiste utilise également le plâtre et le papier mâché sur des supports métalliques. Mais devant le succès de ses œuvres, elle privilégiera la résine polyester, plus facile à utilisé pour de grandes dimensions. 

Lieux: International, Hanovre, Paris, New York, Tokyo…

Information sur l’artiste. Plasticienne, peintre, sculptrice et réalisatrice de filmsPrénom / Nom :Niki de St  Phalle.

Nationalité : Française.

Née à Neuilly sur seine en 1930.

Morte à San Diego en 2002. Souffrante, à cause de l’inhalation excessive des poussières de polyester.

Mouvement : Nouveaux Réalistes

Contexte de l’œuvre :1961Pour se libérer de ses démons et de l’emprise de son père , Niki de st Phalle va réaliser des tableaux s’intitulant les tirs .Tirs à la carabine dans des poches de peintures.

Niki-de-Saint-Phalle_fusil

Niki de Saint Phalle entame une réflexion sur les différents rôles de la femme qui donnera lieu à la réalisation de femmes accouchant, de mères dévorantes, de sorcières …Niki de Saint Phalle travaille sur de grandes têtes faites de papier mâché et de laine, ses mariées.
En septembre, première exposition personnelle à Londres à la Hanover Gallery.
En octobre, elle visite New York où elle réside et travaille à l’hôtel Chelsea, réalisant une série de collages représentant des Nanas, cœurs et dragons.1965C’est en 1965 que Niki de Saint-Phalle crée la première de ses fameuses « nanas ». Inspirée par une de ses amie enceinte ,.en papier mâché et laine.

1967.En août, la première exposition muséale de Niki de Saint Phalle , Les Nanas au pouvoir, a lieu au Stedelijk Museum d’Amsterdam. Pour cette exposition, elle réalise la première Nana-Maison, la première Nana-Fontaine, ainsi que le plan d’une Nana-Ville. En août, la première exposition muséale de Niki de Saint Phalle, Les Nanas au pouvoir, a lieu au Stedelijk Museum d’Amsterdam.

Ces nouvelles pièces sont réalisées en polyester, avec lequel elle ne travaille que depuis peu.

1969Le Whitney Museum of American Art de New York acquiert la Black Venus et la montre en avril dans l’exposition Contemporary American Sculpture

1970 Une série de 17 sérigraphies est éditée à Paris sous le titre Nana Power.

Elle produit de plus en plus de ces poupées géantes.

Ses sculptures sont visibles aux yeux de tous, notamment devant le Centre Pompidou, à Paris.

En effet, en 1971,elle épouse Jean Tinguely ,ils travaillent ensemble a de grands projets « Fontaine Stravinsky »au cœur de Paris. La fontaine se compose de sculptures de Niki de St Phalle et de Jean Tinguely et présentent un contraste féminin( rondeurs couleurs),masculin(machine sombre, fer,acier.)

paris-stravinsky_phototekparisinfo[1]

Description et analyse

Les sculptures sont  polychromes, avec des jeux de graphismes jouant sur les contrastes.L’influence de Gaudi est présente dans la vivacité des couleurs et les éclats de miroirs qu’elle utilisera dans certaines sculptures.

302325904_0c7321d4ec_o

Les sculptures ont des formes féminines exagérées, telles les venus préhistoriques, Willendorf,  Lespugues.

2014-04-02 08.47.16

Niki de St Phalle envahit les espaces de ses sculptures pour redonner une place à la femme dans la société et dans l’art aussi. Comme elle le disait « Il y en a assez que ce soit toujours les hommes… ».Elle sera prolifique jusqu’à sa mort, en 2002 et envahira les places publiques, les parcs  les parvis etc…du monde entier de présences féminines avec ses « grosses nanas  »pleines de joies de vivre dotées d’ une puissance colorée extraordinaire qui attire le regard du moindre badaud.

Son œuvre est spontanée, originale et colorée, mais est également marquée par sa vision plutôt sombre du poids que la société fait porter aux femmes.

Ressources/   Site officiel Niki de ST Phalle  Photos :design-party.com

Wikipédia.

 

Il faudra que je me souvienne,

Plus tard, de ces horribles temps,

Froidement, gravement, sans haine,

Mais avec franchise pourtant.

 

De ce triste et laid paysage,

Du vol incessant des corbeaux,

Des longs blocks sur ce marécage

Froids et noirs comme des tombeaux.

 

De ces femmes emmitouflées

De vieux papiers et de chiffons,

De ces pauvres jambes gelées

Qui dansent dans l’appel trop long.

 

Des batailles à coups de louche,

A coups de seau, à coups de poing.

De la crispation des bouches

Quand la soupe n’arrive point.

 

De ces « coupables » que l’on plonge

Dans l’eau vaseuse des baquets,

De ces membres jaunis que rongent

De larges ulcères plaqués.

 

De cette toux à perdre haleine,

De ce regard désespéré

Tourné vers la terre lointaine.

O mon Dieu, faites-nous rentrer !

 

Il faudra que je me souvienne …

Histoire des Arts

 

Identification de l’œuvreTitre : « Il faudra que je me souvienne »Auteur (courte biographie)  : Micheline Maurel

Micheline Maurel est née le 17 juillet 1916 à Toulon, et morte le 10 juillet 2009. Ce professeur de lettres fut déportée en 1943 dans le camp de Ravensbrück dont elle est l’une des survivantes (90 000 autres déportées y furent exterminées). Ce camp était un camp exclusivement réservé aux femmes, travaillant dans des conditions terribles, elles servaient de main d’œuvre aux usines d’armement allemandes, ou de transformation du sel, de la région.

Micheline Maurel fut rapatriée de Ravensbrück le 22 mai 1945. Durant sa captivité, elle a écrit de nombreux poèmes décrivant la vie dans le camp, ils sont regroupés dans le recueil « La passion selon Ravensbrück »

 

Date de publication : 1965, éditions de Minuit

Domaine(s) artistique(s ):arts du langage

 

 

 

 

 

Problématique :

Art et Pouvoir, le rôle des femmes dans les arts

Comment Micheline Maurel témoigne t-elle des conditions de vie des femmes déportées dans le camp de Ravensbürck ?

 

 

 

 

Description et analyse de l’œuvreI- Le devoir de mémoire« Il faudra que je me souvienne » est un poème composé de 7 quatrains, écrits en octosyllabes et rimes croisées, qui se conclue sur le vers isolé éponyme « Il faudra que je me souvienne ». Ce même vers est celui qui ouvre le poème. Les autres vers fonctionnent comme des compléments indirects du verbe « se souvenir » et constituent une accumulation de souvenirs associés au camp de Ravensbrück.

Le poème a donc une construction cyclique, il se referme comme il s’est ouvert. Micheline Maurel a sans doute voulu montrer, à travers cette construction, que ces souvenirs ne pourront jamais être oubliés, qu’il reviendront toujours à sa mémoire. Le leitmotiv « Il faudra que je me souvienne » est un appel au devoir de mémoire : l’homme ne peut oublier les pires moments de son Histoire. La première strophe explique d’ailleurs que M. Maurel honorera ce devoir de mémoire à travers un regard neutre, objectif, tel celui d’une historienne, comme le soulignent la juxtaposition des adverbes « Froidement, gravement » et l’opposition des groupes prépositionnels «  sans haine » et « avec franchise ».

II- Le camp de Ravensbrück

Les autres strophes du poème décrivent le camp de Ravensbrück et les conditions de vie qui y régnaient.

La seconde strophe offre une description large du camp et de ses blocks, ceux-ci sont associés à la mort comme le mettent en valeur le champ lexical et les images qui y sont associés ou la comparaison des vers 7-8(« triste et laid paysage », « corbeaux », « marécage », « des longs blocks froids et noirs comme des tombeaux »). Le camp était d’ailleurs construit sur une zone marécageuse et son nom était prémonitoire, « raven » signifiant « corbeau » :  le corbeau est d’ordinaire un symbole de mort car c’est un charognard qui se nourrit des cadavres. Ici, son « vol incessant » au-dessus des blocks annonce la triste fin des déportées du camp.

Les strophes suivantes décrivent les conditions de vie des femmes dans le camp.

Dans la troisième strophe, Micheline Maurel fait référence aux assauts de l’hiver et du froid sur les déportées qui tentaient de s’en protéger avec les moyens du bord («  ces femmes emmitouflées /De vieux papiers et de chiffons »).

La quatrième strophe fait état du manque de nourriture qui déclenche des batailles entre les prisonnières ou contre les surveillantes SS. La répétition ternaire de « A coups de … » montrent que la vie dans les camps était un vrai combat pour la survie.

La strophe cinq et le début de la sixième font allusion aux maladies contractés dans les camp, au manque de soins (« De ces membres jaunis que rongent/ De larges ulcères plaqués. / De cette toux à perdre haleine »), aux châtiments corporels infligés aux prisonnières qui se rebellaient . La mise entre guillemets du mot « coupable » dans les vers « De ces « coupables » que l’on plonge/ Dans l’eau vaseuse des baquets », montre la mise à distance du terme par M. Maurel : les déportées n’étaient « coupables » que pour les SS, par pour M. Maurel, pour qui elles essayaient simplement de survivre.

Enfin la dernière strophe évoque le désespoir des déportées, qui ne rêvent plus que de l’ailleurs, que du dehors («De ce regard désespéré/ Tourné vers la terre lointaine ».  désespérant de pouvoir un jour s’échapper du camp, ne pouvant plus que se tourner vers Dieu pour le supplier de les libérer, peut-être par la mort, finalement le seul moyen de s’échapper de cette prison. C’est ce que soulignent l’apostrophe et la forme impérative de l’avant dernier vers : « O mon Dieu, faites-nous rentrer ! ».

Mme PICARD

Document complémentaire : extrait d’une video d’archive de l’Ina, « Il faudra que je me souvienne » (images du camp et témoignage de Renée Mirande-Lavale, déportée-survivante, avec Micheline Maurel).

 

http://www.ina.fr/video/CPF86634735