Alice, Cristina Lucas

Publié: février 20, 2014 dans 1 arts et pouvoir, 2 femmes, Alice

Cristina Lucas :

“Cristina Lucas est une artiste espagnole spécialisée dans le land art. (Le land art est une tendance de l’art contemporain utilisant le cadre et les matériaux de la nature (bois, terre, pierres, sable, rocher, etc.). Le plus souvent, les œuvres sont à l’extérieur, exposées aux éléments, et soumises à l’érosion naturelle ; ainsi, certaines œuvres ont disparu et il ne reste que leur souvenir photographique et des vidéos.)

Alice 

eca86bd9e2fb12d04dd902

Son dernier projet , Centre d’art contemporain de Séville (Espagne), le 10 avril 2013, s’inspire d’une scène d’Alice aux pays des merveilles où celle-ci, devenue trop grande, se retrouve prise au piège d’une pièce beaucoup trop étroite.

En transposant le conte dans la réalité, l’artiste met en lumière l’emprisonnement physique et moral de la femme dans sa propre maison à l’époque de l’Andalousie mauresque.” Mais cet enfermement est encore d’actualité. L’artiste dénonce ici la condition féminine en montrant une femme devenue prisonnière de sa maison. L’habitation devient le corps de la femme aux dimensions gigantesques. Ce changement de proportions s’appelle un changement d’échelle comme c’est le cas dans Marylin de Joana Vasconcelos avec sa chaussure géante faite de marmites accumulées.

Les teintes jaunes de la façade et du visage se prolongent. L’expression du visage de la jeune femme est sans émotion, comme apathique. La main pendant le long du mur montre un certain abattement, une sorte de lassitude. L’artiste montrerait-elle que l’enfermement des femmes est une sorte de fatalité ?

1853527

cristina-lucas-alice-1

On peut rapprocher le mouvement de la main à celui de Michel-Ange dans la Chapelle Sixtine, La Création, sauf que dans l’oeuvre de Lucas, le contact ne s’opère pas, la création est stérile avec une seule main.

2n6w8b7

Cristina Lucas (1973, Jaen, Espagne) s’intéresse aux mécanismes du pouvoir. Ses œuvres sont construites à partir de l’analyse attentive des principales structures politiques comme l’État ou la religion, que l’artiste dissèque afin de faire apparaître les contradictions qui existent entre les histoires officielles, l’histoire réelle, et la mémoire collective.

Le centre d’art contemporain de Seville :

r2_cartuja_smcuevas_sevilla_t4100434a.jpg_369272544

« Au XIIe siècle, afin de tirer profit de la boue argileuse du Guadalquivir, de nombreux fours à céramique furent construits à cet emplacement par les Almohades.

Une légende raconte que, vers 1248, la Vierge apparut dans les anciens fours. Un ermitage franciscain fut alors construit à l’emplacement de cette apparition, prenant le nom de Santa Maria de la Cuevas (Sainte Marie des Grottes en castillan). Par la suite, vers 1400, les Franciscains furent déplacés à El Aljarafe et le monastère devint chartreux, fondé par Don Gonzalo d’Ore, Archevêque de Séville.

Il connut des visiteurs prestigieux, comme Christophe Colomb, ami du Frère Gaspar Gomicio, dont il reçut l’appui pour son deuxième voyage, qu’il prépara au monastère. Treize ans après sa mort, en 1519, il fut provisoirement enterré dans la Chapelle Sainte Anne du monastère, avant que sa dépouille soit transférée en 1541 dans la cathédrale de Saint-Domingue.

Le monastère servit aussi de retraite à Philippe II. »wikipedia

Pourquoi le conte de Lewis Caroll, Alice au pays des merveilles a-t-il intéressé l’artiste ?

Ce conte relate les aventures d’une jeune fille basculant derrière un miroir et rencontrant un monde fantastique tantôt merveilleux, tantôt effrayant entre rêve et cauchemar. C’est bien ce que propose cette œuvre à la fois séduisante et cauchemardesque. Alice prend la posture des prisonniers dans leur cellule, attendant leur libération.

prison 2577-prison-4,bWF4LTY1NXgw

Les représentations d’Alice :

La toute première Alice, c’est elle, photographiée ici par Lewis Carroll

alice-au-pays-des-merveilles-lewis-carroll-1866_3350941-L

Par Annie Leibovitz, photographe célèbre pour ses mises en scènes spectaculaires.

Alice-par-Annie-Leibovitz-2004_portrait_w858

Celixie,, photomontage

alice_light

commentaires
  1. Lina, 305 dit :

    Le land art est une technique artistique ou un mouvement artistique?
    De plus, quelles sont les dimensions de l’oeuvre?

    • Le land art est une tendance de l’art contemporain qui utilise les matériaux et la nature comme moyen d’expression. Les oeuvres sont souvent éphémères et c’est grâce à la photographie qu’on conserve leur trace.
      Les dimensions de l’oeuvre de Cristina Lucas ne sont pas précisées mais tu peux dire que c’est une oeuvre à l’échelle du bâtiment, une oeuvre monumentale. Bon travail

  2. Lina dit :

    Quelle problématique dois-je mettre pour ce dossier? « comment l’artiste montre-t-elle l’enfermement des femmes à travers son installation » ou « Quel est le rôle des femmes dans la société et qu’en pensent les artistes ? »

    • C’est la problématique du rôle des femmes dans la société. En Espagne, les femmes ont été longtemps considérées non pas comme égales aux hommes mais infériorisées. Cette sculpture est d’actualité car les droits des femmes en Espagne ont été revus à la baisse. Cette artiste montre une oeuvre désabusée sur la question des femmes. Tu peux la rapprocher avec Marylin de Joana Vasconcelos.

  3. Encorelle dit :

    Peux on dire que c’est du Land Art? ce n’est pas dans la nature et cela n’utilise pas des matériaux emprunts à la nature??? pourquoi pas du street art?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s