Sébastien-Melchior CORNU, allégorie de la République.

TYPE D’OEUVRE : peinture. « Allégorie de la République » : esquisse de Sébastien-Melchior Cornu pour le concours décidé en 1848 par le ministère de l’Intérieur pour la figure symbolique de la République ( aujourd’hui au musée de Besançon ).

PROBLEMATIQUE : Une allégorie est  une image complexe qui délivre un message. Lequel ?On répondra en étudiant l’oeuvre d’un artiste qui fait l’éloge du pouvoir.  Ici le pouvoir de la République, oeuvre réalisée à la suite de la Révolution de 1848, qui marqua la chute du roi Louis XVIII.

EXPOSE :

Il s’agit d’une esquisse pour un concours, donc d’un éloge (=défense, louange) de la République, réalisé pour inspirer le respect.

La République tient dans sa main droite un document qui proclame la « Souveraineté du peuple », s’appuie de la main gauche sur le drapeau tricolore et prend place sur un trône sur lequel est inscrite la devise républicaine : « Liberté, Egalité, Fraternité « .

Son visage, représenté de face, très symétrique, est marqué par l’harmonie et la sérénité, sans que l’on sache vraiment, contrairement à Marianne, s’il s’agit du visage d’un homme ou d’une femme. C’est que la République est une institution qui transcende (=dépasse) toutes les différences.

Le pied droit et le bras droit, tous deux en avant, montrent la volonté exprimée par l' »allégorie » d’apparaître comme le symbole de la restauration d’un ordre juste. La main gauche, qui tient le drapeau, tient en même temps un rameau de laurier, symbole de la victoire (« Laurier d’Apollon », chez les Grecs, symbole de victoire). C’est que la République a repris ses droits sur la tyrannie par la lutte armée (Révolution de 1848). Les dissymétries qui apparaissent dans le corps au-dessous du visage (bras, jambes) montrent que la République n’en est pas moins un corps bien vivant dont toutes les parties sont unies et maîtrisées dans un ensemble harmonieux sans pour autant rester figées pour toujours.

Son bonnet rouge, son épée, sa palme de vainqueur couronné, et la dominante rouge de sa robe permettent de la classer nettement dans le camp du « mouvement » (= le progrès, la « gauche » aujourd’hui).

L’artiste ajoute, sur la base de sa figure statufiée, un bas-relief qui illustre la leçon de morale républicaine : deux citoyens tendent leurs bras vers le bonnet de la liberté, unissent leurs mains au-dessous de la balance de la Justice, signe d’égalité et, enfin, se serrent les mains dans un élan fraternel.

Ici, l’abondance de symboles positifs marquent l’attachement de l’artiste pour le régime politique restauré (la République) qu’il a mission de défendre et d’illustrer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s