Archives de mai, 2012

Voici une frise chronologique effectuée par l’Académie de Grenoble: Cliquez ici

cliquez ici.

Très utile et pratique.

Publicités

JM  FOLON, « Non à la peine de mort », 1978

TYPE de document : affiche (1978, soit trois ans avant 1981, date de l’abolition de la peine de mort     par F.Mitterrand).

THEME : la peine de mort et son abolition

THESE : il faut abolir la peine de mort

Problématique : cette affiche, qui marque un rapport conflictuel entre l’artiste et le pouvoir, use d’un certain nombre de procédés plastiques et visuels.   LESQUELS ?

EXPOSE :

Le style figuratif (on reconnaît l’image d’un magistrat) est volontairement schématique. C’est que l’école picturale retenue par l’auteur est l’école expressionniste. L’Expressionnisme est une forme d’art qui privilégie l’émotion sur la figuration réaliste.

L’arrière-plan d’abord. Un dégradé du sombre vers le rouge, allant de haut en bas, figure clairement la lumière d’un coucher de soleil. Le recours à la peine capitale est en effet symbolisé par un arrière-fond crépusculaire, extrêmement négatif : la peine de mort est une régression.

On reconnaît donc l’image d’un magistrat, notamment à son couvre-chef (qu’on appelle un « mortier »). L’image n’est pourtant pas figurative : elle rappelle de très près (forme du visage, colorisme crépusculaire) un tableau d’Edouard Munch, « Le cri ». La peine de mort est ainsi rapportée à une image de la folie, sujet du tableau de Munch.

Les yeux du « magistrat », exorbités, sont figurés par des cocardes (= insigne portant les couleurs nationales). Lesquelles dénotent que le besoin de tuer est chez lui une sorte d’idée fixe, abusivement assimilée à la morale républicaine bleu-blanc-rouge. Le nez, à peine figuré par deux tirets évoque un crâne, ainsi que l’écartement exagéré des yeux, lui-même monstrueux et peu réaliste.

La forme générale du visage, en entonnoir inversé, est marquée négativement. Elle évoque maigreur et maladie, ainsi qu’un dessèchement de la sensibilité propre à la folie. (En image publicitaire, le triangle pointé vers le bas, très négatif, est généralement banni). Seul le tein rose de la peau du personnage évoque la bonne santé physique, et non morale, santé sans doute conférée par l’abondance de bonne nourriture matérielle, apanage du bien-être de la bourgeoisie bien-pensante.

Enfin, la bouche, verticale, (au lieu d’être horizontale comme dans le monde physique réel) au schématisme rectangulaire, c’est-à-dire contraire à la nature ordinairement marquée par la ligne courbe, dénote la totale insensibilité du personnage, dénoncé comme le type même de l’inhumanité, jusqu’à la folie. La couleur choisie pour l’intérieur de la bouche, le blanc, c’est-à-dire l’impossibilité pour l’artiste de faire choix d’une couleur précise, dénonce le vide de la parole judiciaire, impossible à remplir, sinon par un silence qui signe la désolation.

Pour terminer : le procédé retenu pour la reproduction industrielle du document (procédé « offset ») montre la volonté de produire et reproduire facilement une oeuvre ayant valeur de message, et de mise en garde, destiné au plus grand nombre, à une époque encore très éloignée de 1981 (1978, soit trois ans avant).

Sébastien-Melchior CORNU, allégorie de la République.

TYPE D’OEUVRE : peinture. « Allégorie de la République » : esquisse de Sébastien-Melchior Cornu pour le concours décidé en 1848 par le ministère de l’Intérieur pour la figure symbolique de la République ( aujourd’hui au musée de Besançon ).

PROBLEMATIQUE : Une allégorie est  une image complexe qui délivre un message. Lequel ?On répondra en étudiant l’oeuvre d’un artiste qui fait l’éloge du pouvoir.  Ici le pouvoir de la République, oeuvre réalisée à la suite de la Révolution de 1848, qui marqua la chute du roi Louis XVIII.

EXPOSE :

Il s’agit d’une esquisse pour un concours, donc d’un éloge (=défense, louange) de la République, réalisé pour inspirer le respect.

La République tient dans sa main droite un document qui proclame la « Souveraineté du peuple », s’appuie de la main gauche sur le drapeau tricolore et prend place sur un trône sur lequel est inscrite la devise républicaine : « Liberté, Egalité, Fraternité « .

Son visage, représenté de face, très symétrique, est marqué par l’harmonie et la sérénité, sans que l’on sache vraiment, contrairement à Marianne, s’il s’agit du visage d’un homme ou d’une femme. C’est que la République est une institution qui transcende (=dépasse) toutes les différences.

Le pied droit et le bras droit, tous deux en avant, montrent la volonté exprimée par l' »allégorie » d’apparaître comme le symbole de la restauration d’un ordre juste. La main gauche, qui tient le drapeau, tient en même temps un rameau de laurier, symbole de la victoire (« Laurier d’Apollon », chez les Grecs, symbole de victoire). C’est que la République a repris ses droits sur la tyrannie par la lutte armée (Révolution de 1848). Les dissymétries qui apparaissent dans le corps au-dessous du visage (bras, jambes) montrent que la République n’en est pas moins un corps bien vivant dont toutes les parties sont unies et maîtrisées dans un ensemble harmonieux sans pour autant rester figées pour toujours.

Son bonnet rouge, son épée, sa palme de vainqueur couronné, et la dominante rouge de sa robe permettent de la classer nettement dans le camp du « mouvement » (= le progrès, la « gauche » aujourd’hui).

L’artiste ajoute, sur la base de sa figure statufiée, un bas-relief qui illustre la leçon de morale républicaine : deux citoyens tendent leurs bras vers le bonnet de la liberté, unissent leurs mains au-dessous de la balance de la Justice, signe d’égalité et, enfin, se serrent les mains dans un élan fraternel.

Ici, l’abondance de symboles positifs marquent l’attachement de l’artiste pour le régime politique restauré (la République) qu’il a mission de défendre et d’illustrer.

Voici le début du diaporama que vous pourrez télécharger ici: Histoire des Arts-Staline – Copie

HISTOIRE DES ARTS

Affiche de propagande du 17 ème congrès du parti communiste en 1934.
En 1934 une affiche est éditée pour le 17ème congrès du Parti Communiste d’ HYPERLINK « http://geohistech.free.fr/Staline/2_URSS_1.html » \t « _blank » URSS. Elle est imprimée assez simplement avec deux couleurs : le noir et le rouge.
Ses élèments principaux renvoient à des évènements qui se sont déroulés en Russie durant ces dix-sept années.
Ils sont présentés selon la volonté du commanditaire  l’affiche: Staline. C’est une affiche qui sert le pouvoir totalitaire de Staline
On peut décomposer l’affiche en 7 sous-parties.
Trois éléments composent cette partie de l’affiche:

INCLUDEPICTURE « http://geohistech.free.fr/Staline/Affiche_1_17-34.jpg » \* MERGEFORMATINET
« 1917-1934 
Plus haut l’étendard de Lénine qui nous donne la victoire ! »
Interprétation: 1917: Date de la Révolution Bolchévik et 1934 date du 17ème congrès. L’idée de Staline est de montrer  que son action est dans la continuité de celle  Lénine.

INCLUDEPICTURE « http://geohistech.free.fr/Staline/Affiche_1_toutlePouv.jpg » \* MERGEFORMATINET
« Tout le pouvoir aux soviets »
INCLUDEPICTURE « http://geohistech.free.fr/Staline/Affiche_manif_1.jpg » \* MERGEFORMATINET
« Vive l’invincible parti de Lénine ! »
INCLUDEPICTURE « http://geohistech.free.fr/Staline/Affiche_manif_2jpg.jpg » \* MERGEFORMATINET
« Vive le grand guide de la révolution  prolétarienne mondiale, le camarade Staline! »
INCLUDEPICTURE « http://geohistech.free.fr/Staline/Auteur.jpg » \* MERGEFORMATINET
en bas, à droite, le nom de l’auteur de l’affiche

Les slogans de la Foule:  « Vive l’invincible parti de Lénine. »
« Vive le grand guide de la révolution prolétarienne mondiale, le camarade Staline! »
Interprétation: La foule est placée en dessous de Staline signifie qu’elle apporte un soutien massif à Staline.

Les emblèmes et le drapeau de l’URSS.

CONTEXTE HISTORIQUE ET INTERPRETATION.

C’est une affiche de propagande dont le commanditaire est Staline.
Au pouvoir depuis 1928, il impose un régime totalitaire à l’ URSS, fondé sur:
– la limitation des libertés.
– la terreur et la répression.
– une absence d’élection libre.
– l’arrestation et la déportation des opposants politique.
– le contrôle de la presse et des moyens de communication.
Dans le domaine économique, il entraîne le pays vers une modernisation à marche forcée:
Pour convaincre les soviétiques il utilise des affiches de propagande. Ici,
– il se montre le vrai successeur de Lénine.
– il fait croire qu’il reçoit tout le soutien de la population pour ses actions.
Sa position et ses vêtements lui donnent un air de capitaine de bateau  sûr de lui et du chemin à parcourir (« le timonier »)

Plusieurs moyens sont utilisés pour la propagande stalinienne : films, statues, poèmes …

Ô Grand Staline, ô chef des peuples, 


Toi qui fais naître l’homme 


Toi qui fécondes la terre


Toi qui rajeunis les siècles 


Toi qui fais fleurir le printemps 


Toi qui fait vibrer les cordes musicales 


Tu es la fleur de mon printemps 


Un soleil reflété par des millions de cœurs humains.
Rashimov, poème publié dans la Pravda, 28 août 1936

Biographie de Staline :
Fils d’un cordonnier géorgien, déporté à plusieurs reprises pour activités révolutionnaires au début du siècle, il est libéré en mars 1917 et devient le directeur de la Pravda (unique journal de l’URSS)
Il devient Secrétaire général du parti communiste en 1922, et il occupe ce poste jusqu’à sa mort en 1953.
Durant les années 30, il entreprend de profondes réformes du système économique par la planification, la collectivisation des campagnes et l’industrialisation du pays.
Pour imposer sa politique, il met en place une dictature politique en favorisant le culte de la personnalité, en utilisant la propagande, la terreur et en pratiquant des purges dans le parti (1936 à 1938).

Le commanditaire de l’affiche:
Staline est au pouvoir depuis 1928.
Il  a succédé à Lénine.
Ici il se montre au dessus du peuple , comme s’il était soutenu par soviétiques.
Il a l’air serein et donne l’impression de regarder vers l’avenir (le chemin que montre Lénine).
Il a entrepris une modenisation à marche forcée de l’URSS avec ses plans quinquennaux dans le domaine de l’industrie (arrière plan de l’affiche)