RENAUD – « Déserteur »

Monsieur le président
Je vous fais une bafouille
Que vous lirez sûrement
Si vous avez des couilles
Je viens de recevoir
Un coup d’fil de mes vieux
Pour m’prévenir qu’les gendarmes
S’étaient pointés chez eux
J’ose pas imaginer
C’que leur a dit mon père
Lui, les flics, les curés
Et pis les militaires
Les a vraiment dans l’nez
P’t-être encore plus que moi
Dès qu’il peut en bouffer
L’vieil anar’ y s’gêne pas
L’vieil anar’ y s’gêne pas

Alors y parait qu’on m’cherche
Qu’la France a besoin d’moi
C’est con, j’suis en Ardèche
Y fait beau, tu crois pas
J’suis là avec des potes
Des écolos marrants
On a une vieille bicoque
On la retape tranquillement
On fait pousser des chèvres
On fabrique des bijoux
On peut pas dire qu’on s’crève
L’travail, c’est pas pour nous
On a des plantations
Pas énormes, trois hectares
D’une herbe qui rend moins con
Non, c’est pas du ricard
Non, c’est pas du ricard

Monsieur le président
Je suis un déserteur
De ton armée de glands
De ton troupeau d’branleurs
Ils auront pas ma peau
Toucheront pas à mes cheveux
J’saluerai pas l’drapeau
J’marcherai pas comme les bœufs
J’irai pas en Allemagne
Faire le con pendant douze mois
Dans une caserne infâme
Avec des plus cons qu’moi
J’aime pas recevoir des ordres
J’aime pas me lever tôt
J’aime pas **************
Plus souvent qu’il ne faut
Plus souvent qu’il ne faut

Puis surtout c’qui m’déplait
C’est que j’aime pas la guerre
Et qui c’est qui la fait
Ben c’est les militaires

Ils sont nuls, ils sont moches
Et pis ils sont teigneux
Maintenant j’vais t’dire pourquoi
J’veux jamais être comme eux
Quand les Russes, les Ricains
Feront péter la planète
Moi, j’aurais l’air malin
Avec ma bicyclette
Mon pantalon trop court
Mon fusil, mon calot
Ma ration d’topinambour
Et ma ligne Maginot
Et ma ligne Maginot

Alors me gonfle pas
Ni moi, ni tous mes potes
Je serai jamais soldat
J’aime pas les bruits de bottes
T’as plus qu’a pas t’en faire
Et construire tranquilos
Tes centrales nucléaire
Tes sous-marins craignos
Mais va pas t’imaginer
Monsieur le président
Que j’suis manipulé
Par les rouges ou les blancs
Je n’suis qu’un militant
Du parti des oiseaux
Des baleines, des enfants
De la terre et de l’eau
De la terre et de l’eau

Monsieur le président
Pour finir ma bafouille
J’voulais t’dire simplement
Ce soir on fait des nouilles
A la ferme c’est l’panard
Si tu veux, viens bouffer
On fumera un pétard
Et on pourra causer
On fumera un pétard
Et on pourra causer

http://www.dailymotion.com/video/x4c5nk_renaud-deserteur_music

La chanson de Renaud peut-être étudiée seule ou en comparaison avec celle de Boris Vian (« Le Déserteur »), comme nous l’avons fait en classe.

 

 

L’auteur et le contexte

 

Renaud Séchan, dit Renaud, est un auteur, compositeur et chanteur français. Il est né à Paris en 1952. Il s’est très vite fâché avec l’école, c’était un élève indiscipliné, refusant l’autorité. Son père était lui-même un anarchiste et il lui avait inculqué la méfiance envers les forces de police, les militaires et l’ordre en général. Cela ressort bien de la chanson « Déserteur ». Renaud a notamment participé à mai 68 et a occupé la Sorbonne avec d’autres étudiants.  Il sort son premier album en 1975, celui-ci est empreint des idées révolutionnaires de 68 et le jeune chanteur y exprime son raz-le-bol de la société, à travers le verlan qui est son signe de fabrique; il devient le porte-parole de la jeunesse. Ce qui ne plaît pas à tout le monde …

« Déserteur » est enregistré sur l’album « Morgane de toi » qui est sorti en 1983, François Mitterand est alors Président de la République et la Guerre Froide fait trembler le monde.

 

Problématique : comment Renaud, à travers sa chanson, en refusant de s’engager dans l’armée, s’engage-t-il contre l’État Français et le monde militaire?

 

I – La situation d’énonciation et la forme du texte

 

ñ La chanson de Renaud a la forme d’une lettre ouverte : le chanteur s’adresse à « Monsieur le Président », c’est-à-dire au Président de la République. Il s’adresse à lui d’abord à travers le pronom « vous », puis utilise ensuite le tutoiement, ce qui montre le côté provocateur et irrespectueux du chanteur qui finit, dans la dernière strophe, par s’adresser au Président comme si c’était un « pote » de sa bande, l’invitant à manger des « nouilles » et à fumer un « pétard ».

ñ Le début de la chanson de Renaud s’inspire de celle de Boris Vian « Le Déserteur » à qui il rend hommage. Renaud reprend les premiers vers de texte de Vian mais dans un langage beaucoup plus familier, voire vulgaire, toujours avec cette volonté de provoquer et de s’opposer à l’autorité, mais aussi peut-être, pour toucher un public plus large et parler davantage aux jeunes.

ñ La chanson est composée de 6 strophes, 5 de 17 vers et 1 de 10 vers, les vers sont majoritairement des hexamètres et les rimes sont croisées. Chaque dernier vers des strophes est répété, ce qui sert de refrain, car il n’ y en a pas de véritable. Le rythme de la chanson est lent et permet de développer longuement l’objet de la lettre : le chanteur annonce qu’il refuse de s’engager dans l’armée.

 

II – Le refus de s’engager dans l’armée : un engagement.

 

ñ A travers son refus de s’engager dans l’armée, Renaud critique le service militaire dans la strophe 3. Il argumente en décrivant les conditions du service : il ne veut pas vivre dans « une caserne infâme », il n’aime pas « se lever tôt », « recevoir des ordres », le service dure trop longtemps « douze mois » et l’éloignerai de chez lui (« J’irai pas en Allemagne »). Son refus est souligné par l’utilisation répétée de la négation («  J’saluerai pas l’drapeau / J’marcherai pas comme les bœufs/ J’irai pas en Allemagne »)

ñ Renaud donne aussi une image négative des militaires, il utilise de nombreux termes familiers et argotiques, très péjoratifs, pour les désigner (« glands », « branleurs »), il énumère  leurs défauts dans la strophe 4 (« Ils sont nuls, ils sont moches
Et pis ils sont teigneux »). Dans cette même strophe, il les accuse d’être responsables des guerres et souligne notamment leur rôle dans la Guerre Froide qui, si elle ne cesse pas, détruira la planète sans que rien ne puisse y résister, comme le souligne la référence à la « ligne Maginot ».

ñ Enfin, dans la strophe suivante, toujours dans le contexte de la guerre froide, Renaud critique la course à l’armement nucléaire. Il y oppose une démarche écologiste à travers  l’énumération de termes appartenant au champ lexical de la nature («  Je n’suis qu’un militant / Du parti des oiseaux /Des baleines, des enfants/ De la terre et de l’eau
De la terre et de l’eau »).

ñ Renaud prône donc un idéal de vie pacifiste à l’opposé du caractère belliqueux des militaires : dans la strophe 2, il avoue avoir déserté pour vivre avec des amis écologistes  en Ardèche où l’on travaille peut, où l’on se contente de vivre de ce que l’on cultive, comme des hippies.

 

 

 

commentaires
  1. Roxane dit :

    Merci, je suis une fan de Renaud et ce que vous avait fais la c’est génial…… Bravo !😉
    En plus je suis en 1er et pour mon sujet de TPE j’en parle alors non seulement vous allez m’aider a avoir une bonne note et en plus j’arrive a comprendre la chanson de fond en comble…!😉

  2. aguerre dit :

    Enseignante en arts plastiques au collège de Lherm ( 31 ), je suis tombée sur votre site par hasard, en effectuant un travail de recherche sur Banksy.

    MERCI MERCI!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s