Berlin 1991

Berlin, 1991

Shimon Attie

 

Problématique et analyse :Dénoncer ou servir le pouvoir ?Shimon Attie dénonce les crimes contre l’humanité, la Shoah
Date de création et contexte historique :1991 dans l’ex quartier juif de Berlin
Auteur :Shimon Attie, Professeur adjoint de l’art, l’Académie d’Art de Berlin, ALLEMAGNE, Né à Los Angeles 
Interprétation de l’œuvre :Shimon Attie à partir des années 1991 a projeté à Berlin des images des années trente dans le quartier juif de la ville. Il a retrouvé les lieux où ces photos avaient été prises et les a projeté in situ. On voit ici un juif dans son échoppe en train de travailler. Il s’intègre parfaitement à l’espace environnement et surgit dans la nuit comme un fantôme venant hanter la mémoire des Allemands. Ceux-ci ont bien accueilli cette œuvre d’art mais au bout d’un certain temps, ont manifesté un sentiment de rejet. (cf Guernica de Picasso).L’image projetée en noir et blanc forme un contraste avec l’espace d’aujourd’hui photographié en couleur. Deux temps se superposent donc celui du présent et celui de la mémoire.Dans la deuxième photographie, on voit une librairie juive avec l’enseigne écrite en hébreu. Un passant regarde la devanture.

Attie s’est inspiré d’Ernest Pignon Ernest dont voici une installation dans des cabines téléphoniques où le personnage est en noir et blanc dans un décor en couleur. C’est pour Ernest Pignon Ernest la représentation du désespoir en noir et blanc, de la solitude qui contrastent avec le monde extérieur en couleur. Ce sont des affiches géantes collées dans des cabines, des reproductions de dessins effectués par l’artiste. Attie s’inspire donc d’Ernest Pignon-Ernest.

Un autre artiste a utilisé ce procédé mais en faisant des montages sur Photoshop. Il s’agit d’Edwig Teeuwisse qui a pris des anciennes photos d’Amsterdam pendant la deuxième guerre mondiale et qui a superposé ces images à des photos actuelles.

Imaginez-vous vous promener en ville et que vous voyez surgir dans la rue une image en noir et blanc des temps passés, vous seriez sûrement interloqués. L’effet est un trompe l’oeil agissant sur et dans la réalité. C’est un contraste de réalité / Virtualité que ces trois artistes mettent en scène. Mais dans les oeuvres de Shimon Attie, la virtualité a bien eu lieu, ce sont de vrais personnages pris en photo à un moment tragique de l’histoire. On peut dire que c’est une mise en abîme du temps et de l’histoire qui opère dans ses réalisations. Ces personnages sont comme des ombres émanant d’un temps passé, des fantômes surgissant d’un ancien temps révolu. Shimon Attie modifie la perception du temps en incrustant dans la réalité des morceaux du passé. Pour lui, l’avenir est dans la mémoire de ce qui a été. Il lutte contre la perte de mémoire, l’amnésie avec ses oeuvres projetées dans les rues de Berlin.

Rapport à la problématique :Il dénonce la shoah et  exhorte la population à la mémoire. C’est une œuvre commémorative.
 
commentaires
  1. Rene dit :

    Vous prouver qu’il y a des fantôme dans le monde je vais enquêter sur cette affaire!!!
    Flamby

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s