Archives de la catégorie ‘Otto Dix’

Oeuvres:

 

Autoportrait en soldat, Otto Dix, 1914, huile sur papier, recto verso, 68 x 53,5 cm, Galerie municipale, Stuttgart

 

Autoportrait en casque d’artilleur, Otto Dix, 1914, hule sur papier, recto verso, 68 x 53,5 cm, Galerie municipale, Stuttgart

 

 

Problématique: comment ces deux autoportraits d’Otto Dix dénoncent-ils la guerre ?

 

 

Présentation des oeuvres et contexte: Ces deux autoportraits sont réalisés sur la même feuille: l’autoportrait en soldat sur le recto, l’autoportrait en casque d’artilleur sur le verso, alors que Dix vient à peine de s’engager dans l’armée, ces toiles montrent déjà la violence de la guerre qu’il soupçonne et qu’il dénoncera plus vivement et plus tard dans le reste de son œuvre. Quelle que soit sa condition dans l’armée, simple soldat ou gradé, Otto Dix en donne une vision négative.

 

 

Ces deux autoportraits s’inscrivent dans le mouvement de l’expressionnisme, mouvement artistique apparu au début du XXème siècle en Europe et plus particulièrement en Allemagne : les expressionnistes cherchent à déformer la réalité afin de créer une émotion réactionnelle forte chez le spectateur en représentant des visions angoissantes, déformantes, à travers des formes très agressives (violence des couleurs, traits acérés): l’expressionnisme est le reflet d’une conception pessimiste de la vie, suite à la 1ère guerre mondiale.

 

Analyse des oeuvres:

 

Quelle que soit sa condition dans l’armée, simple soldat ou gradé, Otto Dix en donne une vision négative

 

Le thème de la guerre ressort immédiatement avec le chiffre 14 (1914) sur le premier autoportrait. Les couleurs dominantes sont le rouge et le noir, couleurs de la mort, du sang, de la violence. Les coups de pinceaux comme les traits du personnage sont à la fois acérés (angles) grossiers, épais et symbolisent eux aussi la violence, la sauvagerie.

 

Dans l’autoportrait en capitaine, l’or du casque, des boutons et des épaulettes attirent en premiers le regard du spectateur, le regard disparaît en partie sous le casque, le visage disparaît derrière le costume. Mais l’or fait aussi ressortir d’autant plus le fond noir qui forme comme une auréole autour du peintre, comme un présage funeste. Le peintre se représente en plan rapproché et de trois quart, le regard du spectateur est attiré par le regard fuyant, inquiet, méfiant du peintre transformé par la guerre en bête apeurée et sauvage.

 

 

Problématique et analyse : Dénoncer ou servir le pouvoir ?Comment Otto Dix , témoin de son temps, s’engage en dénonçant l’horreur de la guerre dans le tableau "les joueurs de skat"? ..
Date de création et contexte historique :"Invalides de guerre jouant aux cartes", 1920

huile et collage sur toile, 110×87 cm, galerie nationale de Berlin.

Réalisée 1920 cette peinture appartient au mouvement DADA.

DADA est un mouvement artistique né en 1914 à Zurich et à Berlin. Les dadaïstes de Berlin voulaient mettre en évidence les infirmités des soldats dues à la guerre. « la guerre est une affaire monstrueuse » O. Dix. C’est la raison pour laquelle ils créent de nouvelles formes d’expression, une esthétique de la laideur, une « nouvelle objectivité ».

La réalité est déformée pour provoquer une réaction émotionnelle. Elle est stylisée pour atteindre une plus grande intensité.

La société allemande a été choquée par ses œuvres car elles ne présentaient pas les soldats allemands en héros.

Les nazis ont censuré ses toiles, les considérant comme un art  «dégénéré».

Auteur :Otto Dix 1891-1969 né et mort en Allemagne

Il a participé à la Première Guerre mondiale. Il a participé la «guerre des tranchées» sur le front français et le front russe.

Il est gravement blessé plusieurs fois. La guerre, qui le traumatise profondément, deviendra le thème majeur de son œuvre,

dans ses toiles, mais aussi dans de nombreux dessins et gravures.

Interprétation de l’œuvre :L’espace

Réalisé après l’armistice cette toile représente une scène de la vie quotidienne, elle se situe sans doute dans une taverne.

Ce n’est pas un champ de bataille, c’est un espace civil.

Les éléments du décor

-A droite un porte manteau aux crochets menaçants.

-Au dessus des trois hommes sont affichés des articles de journaux allemands qui font référence au conflit franco-allemand

pendant la première Guerre Mondiale

-A gauche un lampadaire où l’on distingue une tête de mort, éclaire la scène.

-En bas du tableau: un enchevêtrements de pieds de table, de tabourets et de prothèses de bois occupent le tiers de l’espace et

procure à l’oeuvre un caractère d’instabilité.

les personnages

-Au centre du tableau sont représentés trois anciens combattants jouant aux cartes assis autour d’une table. Ces trois

caricatures ne peuvent plus tenir les cartes en main: prothèses, pieds et bouches les remplacent dans cette fonction. Ils sont

difformes , estropiés, affreux.

Couleurs

Toutes les couleurs tournent autour du verdâtre, noir, et bleu foncé, elle confèrent au tableau une atmosphère glauque.

Construction

Le cadrage serré du tableau est centré autour des trois figures du premier plan. Elles sont étroitement assises autour d’une

petite table circulaire sur un fond sombre. Les lignes cassées et confuses induisent un déséquilibre dans la construction et

renforcent l’idée de mal être chez le spectateur.

Rapport à la problématique :Ce tableau relate l’horreur des blessures lors des combats de la première guerre mondiale. Les personnages sont des

caricatures des anciens combattants. Ils sont difformes, estropiés. Ils symbolisent les traumatismes de la guerre.

Vocabulaire spécifique :Oeuvre figurative utilisant des formes caricaturales.

 

Prolongement et rapprochement avec d’autres œuvres artistiques :GUERNICA de PICASSO, seconde guerre mondiale

comparaison des couleurs des formes, des procédés plastiques de l’artiste

la naissance de l’affiche

Autre :Ici, vous insérez votre texte, les lignes s’ajusteront automatiquement ..
Questions à poser aux élèves le jour de l’examen :Quels sont les moyens plastiques utilisés par Otto DIX pour montrer les horreurs de la guerre?