Archives de la catégorie ‘Frida Kahlo’

Autorretrato con tehuana.Diego en mi pensamiento Oleo sobre masonita 1943

 

Problématique et analyse

Comment l’auto portrait met-il en évidence la volonté de l’artiste de s’imposer en tant que femme dans son couple et dans la société ?

 

Date de l’œuvre : 1943.

Fait partie de la période surréaliste de l’artiste .

Frida Kahlo : Artiste mexicaine née le 6 juillet 1907.

Elle a beaucoup souffert dans son enfance et sa jeunesse à cause d’une maladie (la polyomélite ) puis d’un grave accident de bus qui la laisser paralyser pendant de nombreux mois. Suite a ce drame, elle commencera à peindre dans son lit en s’aidant d’un miroir placé sur le plafond de son lit à baldaquin.

Plus tard, elle fera partie du parti révolutionnaire mexicain et défendra l’émancipation des femmes dans la société mexicaine très machiste.

C’est à cette période qu’elle rencontre Diego Rivera, lui aussi artiste peintre, qui deviendra son mari en 1929. Ils connaitront une vie de couple très tumultueuse, divorceront en 1938 avant de se remarier en 1940. En 1943, année où elle a peint cette œuvre, elle se fera opérer de la colonne vertébrale et restera de longs mois en « enfermée » dans une corset de fer.

Après une vie de souffrance physique et psychologiques (trahisons de son mari), elle décèdera en 1954

Interprétation de l’œuvre

*Mise en avant de son féminisme par le port de sa tenue traditionnelle de Tehuna, région du sud ouest du Mexique qui a conservé les traditions matriarcales et dont les structures économiques relèvent du domaine de la femme.

*en portant cette tenue, elle veut aussi rompre avec les autoportraits européens pour mettre en avant sa culture : le mexicanisme.

*fierté pour sa culture pré-colombienne que les mexicains eux-mêmes  ont rejeté pour imiter le modèle européen.

*elle veut incarner par la même le nouveau modèle de femme qui va à l’encontre de l’image traditionnelle de la femme inférieure à l’homme dans la société très machiste mexicaine : traits androgynes (traits masculins ambigus, sourcils très épais, moustache apparente), femme qui subvient à ses besoins , forte.

=> si l’on compare ses dimensions avec celle de Diego dans cette œuvre , on voit bien que celle qui domine c’est elle. Elle prend tout le cadre du tableau .

* Portrait de Diego Rivera au milieu de son front (il est dans toutes ses pensées) mais il est emprisonné dans une toile d’araignée. Elle l’a pris au piège de sa toile (dans les deux sens du terme).

*Le fait qu’on ne voit que le haut de son corps serait un rappel à sa souffrance face à ce corps meurtri, son incapacité à bouger à cause de son accident puis de ses maladies qui en découlaient.

*On ne voit que son visage et ses yeux profonds qui tentent de nous hypnotiser.

*Il est important de noter la forme triangulaire que crée son corps dans le tableau et au sommet de ce triangle se trouve Diego, elle s’impose par sa taille dans le tableau mais celui qui est au sommet de ses pensées se trouve être son mari.

 

Rapport à la problématique

*Domination de la femme dans la société :

- par sa tenue : société matriarcales de Tehuana

-par cette volonté de trancher de l’image traditionnelle de la femme douce et belle avec ses traits fortement masculinisés.

-par  sa revendication de sa culture précolombienne.

 

Domination dans son couple :

-elle occupe tout le tableau par sa tenue alors que Diego n’est représenté qu’en tout petit au milieu de son front.

-la toile d’araignée dans laquelle elle a emprisonné son mari.

 

Vocabulaire spécifique

Mexicanisme :mouvement artistique et culturel dont l’objectif est de mettre en avant et de remettre à l’honneur les racines  précolomobiennes  dont son issus les mexicains.

 

Surréalisme : selon son créateur André Breton, le surréalisme a pour but de résoudre les contradictions entre le rêve et la réalité. Pour cela, plusieurs moyens sont possibles comme peindre des scènes illogiques ou en développant des techniques de peinture permettant à l’inconscient de se manifester.

 

 

 

       Histoire des Arts : les femmes dans les arts (niveau 3ème)

 

Frida Kahlo, Mes grands-parents, mes parents et moi, Arbre généalogique

(peinture à l’huile et à la tempera* sur métal (30,7 x 34,5 cm), 1936. Museum of Modern Art, New-York)

* A tempera : se dit d’une couleur délayée dans de l’eau additionnée d’un agglutinant (gomme, colle, œuf) – ce procédé.

objectif : voir comment, en peinture, un autoportrait peut être « romancé » à la façon récit d’enfance.

Sans titre

Toute sa vie, Frida Khalo ne cessa de faire son autoportrait, chacun de ces autoportraits constituant une trace des étapes de sa vie. « Je peins des autoportraits parce que  je me sens si souvent seule et parce que je suis la personne que je connais le mieux. » disait-elle. Elle construisit ainsi, de tableau en tableau, une  œuvre  qui s’apparente à la démarche autobiographique.

Voir le site http://www.museofridakalho.org.mx/casaazulfrances.html

Un autoportrait original

A. a. Le tableau étudié (dans le cadre d’une Séquence intitulée « Récits d’enfance et d’adolescence : le cercle de famille ») est un tableau « autobiographique » original, car Frida Kalho, à la différence de beaucoup d’autres autoportraits qu’elle a peints, ne s’est pas représentée seule ; comme le titre l’indique : Mes grands-parents, mes parents et moi, l’artiste s’est représentée enfant sur le tableau, ainsi que ses parents et ses grands-parents – à la façon d’un arbre généalogique. Un ruban rouge les relie tous, formant un nœud que Frida-fillette tient dans sa main droite et qui symbolise son attachement à sa famille.

b. Frida Kahlo s’est placée au premier plan et au centre de la toile (la petite fille), puis au second plan elle a placé ses parents et enfin ses grands-parents à l’arrière-plan. Elle a pris soin de séparer et de différencier ses grands-parents paternels (allemands) et ses grands-parents maternels (mexicains). Elle est, sur le tableau, nettement plus proche de son père, car les relations de Frida avec sa mère ont toujours été distantes et froides.

B. La branche mexicaine est placée du côté d’un paysage mexicain (cactus, désert) ; la branche allemande est du côté de l’océan qui évoque, au loin, le continent européen. La famille symbolise l’union du nouveau monde et de l’ancien.

Un récit d’enfance en image

 

C. a. Les différents épisodes de la vie de famille représentés sont : d’abord le mariage des parents de Frida Kahlo, puis la rencontre d’un spermatozoïde et d’un ovule (en terre mexicaine)  et la grossesse de la mère de Frida, enfin la vie heureuse dans la maison de famille.

b. Ces événements, représentés spatialement « à plat » sur un même tableau, correspondent chronologi-quement à des étapes successives de la vie de l’artiste et de sa famille.

D. On voit Frida Kahlo à  3 moments de sa vie : tout d’abord Frida au moment où le spermatozoïde a fécondé l’ovule (en bas à gauche), puis à l’état de fœtus  dans le ventre de sa mère, et enfin Frida enfant, nue. Un arbre, couvert de fruits – un oranger ? –, cache en partie sa jambe gauche. Pourquoi la gauche ? Peut-être est-ce un « portrait en miroir » et dans ce cas, le réel est inversé et la jambe droite devient la jambe gauche ; l’oranger cache donc les ravages de la poliomyélite qui a frappé Frida alors âgée de 6 ans, puisque c’est sa jambe droite qui fut réellement  atteinte. [On sait que Frida Kahlo a peint ses autoportraits alors qu’elle était immobilisée dans son lit, corsetée à la suite d’un grave accident, avec au-dessus du lit le grand miroir qu’elle avait fait installer.]

E. La maison natale occupe la place centrale, au 1er plan. La maison n’est pas jolie, mais sa couleur bleue, ses murs protecteurs, la gaieté de sa végétation (fleurs et fruits) rappellent les moments heureux vécus en ce lieu. Cette  maison est, à l’évidence, le symbole d’une enfance heureuse. C’est dans cette maison, la « Maison Bleue », que Frida Kahlo achèvera prématurément sa vie, en 1954, à l’âge de 47 ans.

Socle commun : 1.1.4 : Dégager l’essentiel

 

Avec cet autoportrait, Frida Kahlo s’inscrit dans  l’histoire de sa famille et en même temps elle se raconte : elle éclaire son passé, les années de son enfance, qui, à leur tour, éclairent son présent. Tout comme la vie de l’auteur d’une autobiographie littéraire est au centre de son livre, la vie de Frida Kahlo est au centre de sa peinture.

 

Problématique et analyse : Dénoncer ou servir le pouvoir ?

Appréhender que l’œuvre d’art permet à la fois de CONSERVER, CULTIVER LA MEMOIRE DES SOUVENIRS et qu’elle permet à l’artiste de DENONCER, DE S’ENGAGER.

 

 

Date de création et contexte historique : 

  • 1931, deux après la crise économique de 1929. La puissance mondiale dégringole.
  • Huile sur métal ; 31,8 /34,9 cm

 

Auteur : Peintre d’origine mexicaine, née en 1907 à Coyocan. L’événement qui bouleversa sa vie fut un accident de bus durant lequel elle fut transpercée de la nuque au bassin par une barre de fer. On sait que Frida a vécu au Mexique et se rendait régulièrement aux Etats-Unis pour suivre son mari Diego Rivera. Ce tableau survient après ses trois années passées aux Etats-Unis.

 

Interprétation de l’œuvre :  

  • Frida est dressée au milieu du tableau, dans une élégante robe rose et porte des gants blancs, sur un piédestal sur lequel est inscrit « Carmen – son nom de baptême – autoportrait de l’année 1932 ». deux mondes apparaissent de part et d’autre : le Mexique, à gauche et les Etats-Unis, à droite. Ses bras sont croisés. Une main tenant une cigarette montre les Etats-Unis, l’autre, le drapeau mexicain qui semblent indiquer où se trouvent ses loyautés.
  • Mexique= il prend la plus large part du tableau et est représenté par son héritage antique : temple maya, statuettes antiques, symbolique du soleil et de la lune (vie, mort, renaissance). La nature, la végétation avec ses racines profondes en font une terre riche et prospère. Le Mexique est représenté avec des couleurs chaudes, terrestres.
  • Etats-Unis= des couleurs ternes : gris, bleu. Paysage technologique, étouffant par les fumées qui s’échappent et ses hautes tours… Les Etats-Unis= un pays sans culture.
  • Au milieu du tableau, Frida illustre le lien entre ces deux mondes. Un générateur électrique au sol, côté américain, tire sa force dans le Mexique.

 

 

 

Rapport à la problématique :      L’artiste dénonce l’idéologie américaine du capitalisme et de la surproduction.

     Elle nous livre son dégoût pour les Etats-Unis par ce contraste entre un pays nourri de culture et d’histoire, le Mexique, et un pays dont la seule richesse reste le progrès industriel.

     L’Art est donc au service de la dénonciation, car la toile de Frida Kahlo pointe du doigt la première puissance mondiale.

     Tout laisse à penser que Frida considère les Etats-Unis comme un pays sans culture où l’identité part en fumée, comme le drapeau.

 

Vocabulaire spécifique : AUTOPORTRAIT – COULEURS PRIMAIRES – ART NAIF

 

Prolongement et rapprochement avec d’autres œuvres artistiques :
Autre :  
Questions à poser aux élèves le jour de l’examen :

  • En quoi ce tableau vous surprend ?
  • Quel est le sujet principal de l’œuvre ?
  • Type de plan ?
  • Quel aspect du corps a été privilégié ?
  • Quelle image a-t-elle voulu donner ?
  • Quel est l’intérêt d’un autoportrait ?
  • Faut-il être le plus ressemblant ou s’exprimer librement ?