Gif maker
Gif maker

Guernica, Pablo Picasso, 1937

Photographie de Guernica après le bombardement.

Problématique et analyse : Dénoncer ou servir le pouvoir ?

Comment Picasso, témoin de son temps, s’engage en dénonçant l’horreur de la guerre dans le tableau "Guernica"? Quels sont les moyens plastiques utilisés pour nous montrer la terreur de ce bombardement?

Le 26 Avril 1937, un important raid aérien des avions de la "Luftwaffe" allemande attaqua la ville basque de Guernica dans le nord de l’Espagne. Le monde fut scandalisé ! Des centaines de civils furent tués dans le raid qui devint un incident majeur de la guerre civile espagnole.

Cette toile représente une scène de terreur suite au bombardement de la ville de Guernica en Espagne, le 26 avril 1937. Quand Picasso aura connaissance au cours de la journée du premier mai 1937 des photographies de Guernica en flammes publiées par les journaux, il intègrera le bombardement dans son œuvre.

Dès le 30 avril Picasso réalise les premières esquisses de son tableau monumental, Guernica, qui sera exposé le 15 juin au Pavillon espagnol de l’Exposition internationale de Paris.

Après avoir appartenue à un collectionneur la toile est achetée par le musée d’art moderne de New York avec l’obligation, suite à la décision de Picasso, de restituer le tableau à l’Espagne dès qu’une démocratie  sera effective.

1975 A la mort de Franco, le gouvernement espagnol demande la restitution

1981 "Guernica" est installée au musée Reina Sophia à Madrid

Composition pyramidale avec à sa base des fragments enchevêtrés de corps et à son sommet un œil de lumière ainsi qu’un bougeoir.

C’est une composition savante de trois espaces avec un panneau central où se déroule l’action principale et deux volets adjaçants aux scènes complémentaires comme l’étaient autrefois les retables.

Retable d’Isenheim. Le panneau situé sous le central est une predelle. Dans Guernica, le soldat décapité et démembré occupe le même espace.

Peinte en noir et blanc pour accentuer l’effet dramatique.

Peinte dans un camaïeux de blanc et de noir: évocation des photos de reportage journalistique de l’époque tout accentuant l"idée du deuil.

Le film ci-dessus est une modélisation de la peinture effectuée par PIcasso.

Peinture monumentale. Guernica est d’une taille imposante (3,5 m x 7,8 m)

Dans la tradition des scènes de massacre, voir Nicolas Poussin, XVIIème, Le Massacre des Innocents, Francisco Goya, (Dos de Mayo, Tres de Mayo) qui lui aussi a représenté une scène de l’actualité.

Le dessin joue le rôle fondamental dans cette peinture, les formes sont cernées de noir. Dessin peint gigantesque. Lecture immédiate de l’image, grande visibilité malgré la confusion des éléments enchevêtrés.

L’espace est peu profond dans le but de rendre l’image plus plate, plus frontale.

Pas de modelé sur les corps : là aussi, Picasso aplatit l’image.

Déformations, les distorsions paraissent parfois monstrueuses, elles expriment la souffrance. Les personnages sont représentés de face et de profil dans une recherche virtuelle d’une vision 3 D sur la surface plane du tableau dans une déclinaison du principe déjà utilisé par Picasso durant sa période cubiste 1909-1914.

L’œil – ampoule est une condensation surréaliste d’éléments divers pour créer un sens nouveau : l’œil et la lumière symbolisent la connaissance, le savoir, mais avec l’ampoule, cette connaissance devient électrique. Avec la fissure de l’atome, l’homme a produit de l’électricité mais aussi la bombe atomique.

La représentation des profils et de la vue de face (deux yeux au lieu d’un seul) est une technique cubiste : moyen graphique pour représenter la troisième dimension sur un plan.

Picasso en aplatissant l’image veut réaliser une immense affiche immédiatement compréhensible.

Le choix du noir et blanc évoque les photos de guerre : Picasso vivait en France depuis 1900 mais son cœur espagnol a été profondement choqué quand il a appris par la presse que Guernica avait été bombardée. Le noir et blanc du tableau résulte également des photographies prises lors de la longue élaboration de l’œuvre par la compagne de Picasso, Dora Maar, photographe surréaliste de talent, qui apportait régulièrement au peintre dans son atelier de la rue des Grands-Augustins, les clichés des états successifs de l’œuvre. Picasso consultait les états antérieurs de sa toile pour modifier la peinture par une nouvelle balance des blancs et des noirs pour que Guernica apparaisse comme un immense poster compréhensible par tous, dénonçant le crime contre l’humanité qui venait de se produire. Ainsi, dans le pavillon de la République espagnole de l’Exposition Universelle, Picasso put exposer une critique des totalitarismes qui étaient intervenus militairement dans la guerre d’Espagne, juste à côté de leurs pavillons monumentaux, instruments de leur propagande.

Le taureau et le cheval sont deux symboles forts de l’Espagne. (corrida et pur-sang espagnol). Le cheval représente le peuple selon les propos de Picasso, le taureau, la force.

Picasso peint de façon schématique avec des formes épurées et stylisées. Cependant les expressions des visages sont frappantes pour montrer la souffrance.

Un oiseau est poignardé au second plan. 

Une fleur est tenue dans la main du combattant décapité au premier plan : une lueur d’espoir dans ce chaos. Une renaissance ?

La femme à gauche, qui tient dans ses bras son enfant mort rappelle les Piétà, notamment celle de Michel-Ange:

La femme qui accourt ( à droite) Elle est pathétique dans son élan de communion avec la souffrance du cheval. La déformation des pieds et du corps montre la difficulté et la lenteur de son déplacement.

La femme dans les flammes de sa maison ( extrême droite) implore lève les bras au ciel. Le cou  est allongé la tête renversée, les doigts sont écartés, Les flammes pointues agressives.

Les corps sont déchiquetés. Cet effet est accentué par la technique picturale : il peint avec des masses en aplat, on dirait des morceaux de papier découpés. Tous ces fragments sont projetés en direction du spectateur, comme s’il s’agissait d’une explosion. Picasso fait coïncider le découpage représenté des corps mis en pièces avec la technique picturale en aplat découpant elle aussi des formes claires sur un fond sombre.

«  La peinture n’est pas faite pour décorer les appartements, c’est un instrument de guerre, offensif et défensif, contre l’ennemi. »« La guerre d’Espagne est la bataille de la réaction contre le peuple, contre la liberté. Toute ma vie d’artiste n’a été qu’une lutte continuelle contre la réaction et la mort de l’art. Dans le panneau auquel je travaille et que j’appellerai Guernica et dans toutes mes oeuvres récentes, j’exprime clairement mon horreur de la caste militaire qui a fait sombrer l’Espagne dans un océan de douleur et de mort. »Propos de Pablo Picasso.

Après une période où elle fut présentée à travers le monde de 1937 à 1939 pour notamment lever des fonds pour les Républicains espagnols, la toile resta aux États-Unis (principalement au MoMA de New York) durant une quarantaine d’années en raison de l’entrée de l’Europe dans la Seconde Guerre mondiale et du refus catégorique de Picasso, engagé auprès du Parti communiste, que l’œuvre aille en Espagne tant qu’une démocratie n’y serait pas effective. Cette œuvre est finalement arrivée en Espagne en 1981, après la mort de Franco en 1975. Elle est exposée au musée de la Reine Sofia à Madrid. Elle est le symbole fort de la fin de la dictature.

Dos de Mayo, GOYA  1814

Tres de Mayo, GOYA 1814

Rapport à la problématique :

Cette oeuvre est un témoignage de  la souffrance du peuple espagnol sous les feux des bombardements nazis.

Par son retour en Espagne en 1981 elle symbolise la fin de la dictature. Picasso de nationalité espagnole, ressentit doublement l’horreur du crime qui révéla en lui une conscience politique et un engagement pour son peuple.

Vocabulaire spécifique :

oeuvre monumentale

déformation

perspective

construction

Questions à poser aux élèves le jour de l’examen :

Pourquoi Picasso est il particulièrement touché par cet événement?

Pourquoi Guernica est un tableau monumental?

Quels sont les moyens utilisés par Picasso pour montrer le tragique de la scène?

 

About these ads
commentaires
  1. lilou dit :

    merciiiii !

  2. lilly jay dit :

    Merci pour ces analyse aproffondit cela m’aide beaucoup c’est très utile merci ^^

  3. JeremyB dit :

    Merci ! trés utile :D

  4. Agatha Green dit :

    Très utile pour mon histoire des arts, merci !

  5. bhoou dit :

    quelle est la thematique et la problématique de l’oeuvre ?

  6. Lepetz dit :

    Très bonne page, de bonne information
    Je pense juste qu’il faudrait revoir la présentation(Le titre et les différent symbole un peu plus en avant).
    La vidéo n’existe plus.
    Bravo et Merci

  7. Antoine Lebrun dit :

    Bonjour, cette page sur le Guernica de Picasso est très intéressante sauf sur un point où vous faites une grave erreur : le volatile qui pourrait être un pigeon ou un poulet n’est certainement pas une colombe de la paix, c’est une méprise de beaucoup de personnes. La colombe de la paix est un symbole venu bien plus tard dans l’histoire et en 1937 cette idée de colombe de la paix n’existait donc c’est une grave erreur de prétendre cela.
    Et puis aussi vous ne pouvez pas interpréter les éléments de façon sure car il y a plusieurs interprétations possibles et P. Picasso aurait dit : "libre au publique de concevoir cette oeuvre comme il l’entend. J’ai peint un cheval donc c’est un cheval, un taureau donc c’est un taureau et un volatile quelconque je ne me souviens plus exactement"

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s